Aller au contenu principal

Caravage. Un coup de fouet

28 Octobre 2022 - 27 Février 2023
Caravage. Un coup de fouet

Caravage, La Flagellation du Christ à la colonne, vers 1607. Huile sur toile. © Réunion des Musées Métropolitains Rouen Normandie, Musée des Beaux-Arts

La 10e édition du Temps des collections X révèle au grand public une collection remarquable, provenant des musées de la Métropole Rouen Normandie ainsi que de prêts d’exception. Elle met en lumière les corps, sa représentation, son influence dans l’art, ses maux et ses mots… l’humain !

 

Le musée des Beaux-Arts de Rouen conserve depuis 1955 La Flagellation du Christ à la colonne peinte par Caravage vers 1606-1607, lors de son premier séjour à Naples. Acquise sur le marché de l’art parisien sous une attribution à Mattia Preti, l’oeuvre est rendue au maître peu après par Roberto Longhi. Elle est reconnue depuis comme l’un des chefs-d’oeuvre du peintre. Alors que le museo e Real Bosco di Capodimonte consent le prêt exceptionnel de l’autre tableau de l’artiste peint à Naples sur le même sujet, le musée des Beaux-Arts de Rouen s’applique à réétudier ces deux oeuvres en s’attachant à leur traitement du thème. Conçue sous une forme ramassée, l’exposition Caravage. Un coup de fouet entend éclairer et élargir cette confrontation entre les deux Flagellations du peintre en les rapprochant d’une dizaine d’autres oeuvres de même sujet, par ses disciples, ses rivaux et quelques-uns de ses héritiers du XVIIe siècle.

Caravage et Naples

caravage_capodimonte.pngS’il est aujourd’hui possible de reconstituer  presque au jour le jour le périple du Caravage entre le meurtre tragique de Ranuccio Tomassoni qui entraîne sa fuite de Rome en mai 1606 et son arrivée à Naples après un passage dans le Latium sur le fief des Colonna, les incertitudes qui entourent cette période cruciale restent nombreuses. L’exposition Caravaggio Napoli, présentée au museo di Capodimonte au printemps 2019, et le colloque qui a fait suite en janvier 2020 ont permis de faire le point sur la phase napolitaine de la carrière du peintre et sur l’impact considérable de son séjour dans la ville.


Par-delà le drame, les recherches récentes mettent en évidence la continuité entre la période romaine et l’époque du séjour du Caravage à Naples. On y retrouve les mêmes noms de commanditaires ou de collectionneurs, d’Ottavio Costa à Vincenzo Gonzaga ou à Scipione Borghese. Ces échanges se prolongent d’ailleurs lors des déplacements du peintre, de Naples à Malte, puis en Sicile. L’organisation de l’atelier du Caravage ne semble pas bouleversée non plus et son association avec Louis Finson à Naples rappelle à certains égards sa longue amitié avec Prospero Orsi entretenue précédemment à Rome. L’histoire fascinante mais incomplète de La Flagellation de Rouen s’inscrit dans ce contexte, marqué par l’affirmation d’un style forgé dans la cité papale, mais traversé aussi par un désir ardent et brutal de renouvellement.
Caravage, La flagellation du Christ, 1607. © Museo e Real Bosco di Capodimonte, Naples

Un état de la recherche sur une oeuvre clé de la période napolitaine

L’exposition Caravage, un coup de fouet se propose d’étudier les circonstances de la création de ce chef-d’oeuvre. Elle est l’occasion de présenter les découvertes faites à l’occasion d’analyses scientifiques récentes, qui éclairent en particulier la chronologie et les modalités de réalisation de l’oeuvre. Elle s’attache aussi à rassembler tous les éléments disponibles pour tenter de retracer, dans la mesure du possible, sa provenance avant les années 1950, lorsque le tableau apparaît sur le marché parisien sous une attribution à Mattia Preti, pour être acquis peu après par le musée de Rouen. La révélation de ce nouvel original du maître est précédée par la publication d’une première copie conservée dans une collection de Lucques (Longhi, 1951), et elle est à peu près contemporaine de la découverte d’une autre version dans une collection suisse (Mahon, 1956), de dimensions identiques. La même année, André Chastel (1956) publie le tableau de Rouen qui devient, en qualité d’original du maître, le point d’orgue de la théorie de Roberto Longhi (1960) sur la production des copies caravagesques. Le tableau reste un certain temps comparé à la version conservée en Suisse, dont Denis Mahon soutient encore l’autographie. L’exposition magistrale de 1985, The Age of Caravaggio, présentée à Naples et à New York, permet de confronter les deux toiles et clôt le débat en faveur du tableau rouennais. L’autre version, ravalée au rang de copie, disparaît pour longtemps du débat critique.

Entre Naples et Rouen : deux Flagellations, deux perceptions du thème

1975_4_532.jpg
Nicolas Reignier, Saint Luc peignant la vierge. © Réunion des Musées Métropolitains Rouen Normandie, Musée des Beaux-Arts

L’exposition organisée à Rouen reconsidère La Flagellation de Rouen par-delà le simple problème des copies et des versions caravagesques, en s’attachant en particulier à l’originalité dont Caravage fait preuve dans le traitement du sujet. La comparaison avec La Flagellation de Capodimonte, exécutée à une date voisine, s’impose d’elle-même, mais l’approche est bien différente. Dans ce grand tableau d’autel peint pour l’église San Domenico Maggiore, l’artiste reprend une formule devenue traditionnelle dans le traitement du thème, inspirée par la célèbre Flagellation de Sebastiano del Piombo peinte pour la chapelle Borgherini à San Pietro in Montorio. Le format horizontal a mezze figure apparente en revanche le tableau de Rouen aux toiles que le Caravage peignait à Rome pour ses collectionneurs et le rattache au registre de la peinture de dévotion privée : cette destination différente autorise l’artiste à adopter une mise en scène originale et dynamique.

carracci_ludovico_-_la_flagellation_-_2797.jpg
Ludovic Carrache, La Flagellation, vers 1590. © Douai, Musée de la Chartreuse

Quelques tableaux et sculptures permettent de mieux comprendre ce qui est en jeu dans ces deux manières différentes de représenter ce thème très spécifique de l’iconographie de la Passion. La première souligne la longue prééminence d’un modèle inventé par Michel-Ange, dont les dessins avaient inspiré la composition de Sebastiano del Piombo : cette référence marque longtemps les peintres mais elle stimule aussi les sculpteurs. Si Ludovic Carrache en a proposé une lecture profondément renouvelée dans La Flagellation aujourd’hui à Douai (vers 1589), Caravage s’en écarte radicalement dans la toile de Rouen : la disposition inédite des figures, le cadrage serré, une dramaturgie qui se déploie dans un espace parallèle au plan du tableau et la tension vers un « hors-champ » situé au-delà du bord de la composition donnent à cette mise en scène un caractère profondément original et dynamique. Elle procède d’une reformulation essentielle des codes de la peinture narrative qui interroge notamment la relation entre l’espace du tableau et son prolongement idéal. Rendue explicite par la confrontation des deux versions d’un grand thème sacré, elle sera plus ou moins bien comprise et assimilée par les disciples napolitains du Caravage comme Finson ou Battistello, mais son influence se devine en fait bien au-delà dans la première moitié du XVIIe siècle.

Agenda

Inscription Newsletter